L’ANOREXIE CHEZ LES ADOLESCENTS GAGNE DU TERRAIN.

Alors que les magazines de mode diffusent des modèles de femmes plus fines que fines, les adolescentes anorexiques de 13 à 18 ans subissent la  pression du code vestimentaire. Ce phénomène qui jusqu’ici, épargné les garçons est désormais mixte.

Selon Xavier POMMEREAU, psychiatre et grand spécialiste de cette maladie, c’est dans un contexte de surconsommation depuis les années 2002 que cette pathologie s’est développée en France.

C’est ainsi que plus de 30 000 adolescents sont atteints de trouble de l’alimentation, alors que le nombre de centres d’accueil spécialisés reste insuffisant pour répondre à la demande.

Qu’est-ce que l’anorexie ?

L’anorexie est un terme qui vient du grec « anorexcia » qui désigne une absence de désir. Mais dans les faits il existe deux sortes d’anorexie : une anorexie médicale et une anorexie mentale.

L’anorexie médicale:

L’anorexie médicale correspond à une perte de l’appétit.

L’anorexie peut devenir chronique et peut conduire à la malnutrition avec des conséquences graves pour les adolescents encore en croissance.

En médecine, l’anorexie peut s’accompagner d’une altération de l’état général avec pour conséquence une perte de l’appétit, une fatigue générale et une perte du poids anormal.

Au début, l’anorexique lutte contre la faim, puis une perte de l’appétit, s’installe et cela devient une habitude alimentaire, un régime mal adapté, trop contraignant et déséquilibré.

Avec la perte de poids, les carences apparaissent avec pour conséquences, la décalcification, une perte de cheveux (dans les cas sévères), la baisse de la tension artérielle et dans certains cas l’anorexique peut mourir par arrêt cardiaque, car les vomissements (volontairement provoqués) font baisser le taux de potassium. L’anorexie médicale est généralement détectée par la famille.

L’anorexie mentale:

L’anorexie mentale est un trouble grave du comportement alimentaire, lié à un problème rencontré par l’anorexique et qui va être utilisé pour maîtriser son entourage à travers la maîtrise de son corps. C’est le cas lorsque l’adolescent est confronté à un problème familial, sentimental, ou à une faible estime de soi. A travers l’anorexie l’adolescent recherche un dépassement de soi et il est souvent, un élève brillant et hyperactif ce qui fait qu’il n’attire pas l’attention de son entourage et rend d’autant plus difficile sa détection.

Les garçons et l’anorexie:

Si leur nombre reste marginal (car la majorité des anorexiques restent des adolescentes), ce qui inquiète les professionnels de santé est le fait que leur détection est encore plus difficile et qu’ils présentent des troubles du comportement et cumulent plusieurs pathologies comme la schizophrénie (maladie mentale qui se développe au début de l’âge adulte) en plus de l’anorexie.

Comment réagit l’anorexique face à sa souffrance?

Selon Virginie MEGGLE , Psychanalyste et spécialiste du trouble de l’alimentation, de plus en plus d’anorexiques veulent s’en sortir. Le décès du mannequin Isabelle CARO a changé le regard des adolescentes sur le modèle de société qui leur est imposé ainsi qu’une prise de conscience des risques encourus.

Existe-il un traitement pour soigner l’anorexie ?

Pendant longtemps on a pensé que l’hyperactivité des anorexiques était voulue dans le but de brûler les calories.

un test mené en laboratoire sur des souris génétiquement modifiées, par une équipe mixte de l’Inserm (Institut National de la santé et de la recherche médicale), du CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et de l’université (Montpellier et Nîmes) révèle un mécanisme commun entre l’hyperactivité et l’anorexie.

Cela concernerait la région du cerveau lié à la récompense. Ses travaux ont également mis en évidence le lien entre l’anorexie et l’assuétude (dépendance) par la voie du récepteur cellulaire 5-HTA (sérotonine) identifié dans le cerveau des souris.

Ce récepteur serait également en cause dans les phases d’anorexie et de boulimie. En effet, cette découverte donne un espoir pour le traitement des anorexiques car en l’absence de médicament, on pourrait agir sur le récepteur. Le principe serait de l’inactiver pour redonner envie au patient de s’alimenter et en l’activant cela leur permettrait de modérer la quantité d’aliments ingurgitée.

Reste à tester cette expérience chez l’humain pour confirmer son efficacité.

En attendant, les professionnels de la santé et les associations qui viennent en aide aux anorexiques ( Boulimie.com ; AAAB ; il en existe d’autres) interpellent les pouvoirs publics sur le manque de structures d’accueil pour la prise en charge des anorexiques.

 

Référence:Wikipédia ; Le Figaro actualité ; Overblog ; Le monde.

Voici comment je me suis débarrassé de mes kilos en trop et comment je ne les ai pas repris depuis 2011.   [ICI ]

inscrivez-vous  à notre newsletter et téléchargez gratuitement mes 7 conseils pour mincir

Abonnez-vous à notre newsletter

[Id wysija_form = “3”]

Un commentaire, votre adresse mail ne sera pas affichée

 [Contact-form-7 id = “150” title = “Formulaire de contact 1”]

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Nutrition. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *